Catégories
Actualités Communiqués Publications

Médias français, prenons #MeToo au sérieux !

Communiqué

Nous, journalistes de Prenons la Une, saluons les initiatives prises par la presse française au cours des derniers mois pour couvrir les violences sexuelles, ainsi que les nombreuses enquêtes réalisées à ce sujet. Mais nous souhaitons également attirer l’attention sur les difficultés de la presse française à se faire l’écho du mouvement enclenché aux Etats-Unis par le New York Times. Depuis plusieurs mois, nous constatons, inquiètes, des choix éditoriaux parfois douteux, des titres racoleurs, des sujets raccourcis en radio et à la télévision, et craignons que ces choix ne viennent freiner un mouvement de libération de la parole des femmes.

Prenons la une le répète depuis “l’affaire Baupin” : les sujets traitant des violences systémiques ne sont pas “des affaires de bonnes femmes”.

Prenons la Une rappelle quelques évidences et suggère de :

  1. Mener des enquêtes rigoureuses et de longue haleine reposant sur plusieurs témoignages directs de victimes déclarées pour dévoiler d’autres cas de violences faites aux femmes. Dans la rédaction finale, veiller à protéger l’anonymat des sources.
  2. Interviewer les associations, des interlocutrices et interlocuteurs légitimes et formés sur ces sujets.
  3. Rappeler les chiffres, les données factuelles concernant le viol et le harcèlement sexuel. Rappelons que les violences et meurtres de femmes sont des faits de société et non des faits divers, des anecdotes, comme le montre l’exemple du traitement médiatique du cas Alexia Daval durant les premières semaines.
  4. Employer un vocabulaire précis et adapté (éviter les termes “drame passionnel” ou “faire des avances”). Eviter les raccourcis qui entretiennent la confusion, telle la une du Figaro Magazine selon laquelle “on ne peut plus draguer”, quand il s’agit en réalité de harcèlement sexuel.
  5. Nous suggérons que les tribunes et les interviews fassent dans la mesure du possible l’objet de vérifications, exactement comme les articles. La tribune du Monde sur “la liberté d’importuner” contenait au moins une erreur factuelle sur le cas suédois. Les notes de bas de page peuvent être un outil à disposition.

Prenons la Une s’étonne par ailleurs de la décision prise par LCP de réintégrer un journaliste ayant fait l’objet d’une plainte pour agression sexuelle, alors que la victime déclarée a, quant à elle, démissionné.

Nous appelons à une réflexion collective des médias sur les règles à appliquer dans de telles situations et suggérons qu’à tout le moins, un journaliste mis en examen pour violences sexuelles soit systématiquement suspendu en attendant la décision définitive.

Nous demandons à nouveau aux rédactions de mettre en place des structures permettant de recueillir les témoignages des journalistes victimes de harcèlement ou d’agressions sexuelles et de les accompagner dans les démarches qu’elles souhaiteraient entreprendre, et rappelons que Prenons la une s’est constitué en association afin d’accompagner en justice, si elles le souhaitent, nos consœurs victimes de violences sexuelles dans leurs rédactions.

Prenons la Une

Nos porte-paroles :
Lauren Bastide : lauren@nouvellesecoutes.fr
Aude Lorriaux : audelorriauxpro@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *