Catégories
Formation professionnelle Nos actions Nos formations Outils à destination des journalistes Soutien des journalistes

Que faire face au cyberharcèlement ?

Le cyberharcèlement, qu’est-ce que c’est ? 

Être victime de cyberharcèlement, c’est recevoir un volume inhabituel de commentaires, mentions, messages privés haineux par l’intermédiaire de n’importe quel type de réseau social (on peut être harcelé·e sur Facebook, sur Twitter ou sur Instagram, mais aussi par mail). 

L’afflux de ces messages agressifs tend à fragiliser la personne visée et cherche à la faire taire. Il peut affecter sa vie privée, mais aussi son travail. 

Selon un rapport publié par Reporters sans Frontières en 2018, les journalistes forment une catégorie professionnelle à risque. En son sein, les femmes sont particulièrement visées : en 2013, deux tiers des femmes journalistes interrogées par l’International Womens Media Foundation avaient été visées par du cyberharcèlement.

Vous êtes victime de cyberharcèlement ? 

N’hésitez pas à demander de l’aide à vos collègues, à votre rédaction. Dans le meilleur des cas, votre hiérarchie et vos RH doivent pouvoir vous aider, éventuellement vous proposer un peu de repos. Autrement, tournez-vous vers Prenons la Une.

Que faire de tous ces messages haineux ? 

Les lire sera probablement très tentant, mais cela risque de peser sur votre confiance en vous et votre santé mentale. Dans l’idéal, demandez à un ou plusieurs proches de prendre le contrôle de vos réseaux pour gérer le flux à votre place, rassembler les preuves, puis supprimer ce qui doit l’être. 

N’hésitez pas non plus à suspendre vos comptes provisoirement et/ou à les passer en mode privé et/ou à bloquer tous les comptes qui vous agressent. 

Vous êtes témoin de cyberharcèlement ? 

Restez solidaire. Proposez votre aide à la personne visée par message privé. Évitez d’ajouter de l’eau au moulin en repartageant des contenus violents ou en répondant aux détracteurs, surtout si la victime ne vous l’a pas demandé. Privilégiez plutôt les messages (privés) de soutien, le signalement de comptes haineux voire les captures d’écran des messages problématiques.

Que propose Prenons la Une ? 

L’association a par ailleurs mis en place un protocole et vous propose son aide de plusieurs manières.

En amont : Prenons la Une propose une formation sur le sujet du cyberharcèlement contre les journalistes (prendre contact avec les responsables de nos formations professionnelles).

Si vous êtes victime de cyberharcèlement : 

  • Prenons la Une propose de l’écoute puis une redirection vers des professionnel·les capables de vous avez apporter le soutien psychologique, juridique ou autre dont vous auriez besoin.
  • Avec votre accord, une personne de notre pôle de soutien des journalistes victimes de violences sexistes et sexuelles (lire la charte d’engagement de ce pôle) peut prendre en main vos réseaux sociaux jusqu’à amélioration de la situation. Elle y réalisera toutes les captures d’écran nécessaires, y bloquera les profils malfaisants, etc.

Si ces services vous intéressent, contactez allosexisme@prenonslaune.fr.

Pour aller plus loin :

Prenons la Une s’est exprimée plusieurs fois sur la nécessité, pour les rédactions, de prendre au sérieux la problématique du cyberharcèlement. Pour plus de détails sur nos propositions, retrouvez ici, notre tribune sur la Ligue du lol. , celle de soutien à Alice Coffin, dont le cyberharcèlement a été amplifié par certains médias. , notre tribune de soutien à Julie Hainaut, journaliste pigiste victime de vagues de cyberharcèlement à répétition depuis 2017.